Un café pour une bonne cause

Prenez un homme d’affaires au cœur d’or, ajoutez-en un deuxième, le souvenir de deux disparus et vous obtenez… ? Une initiative sociétale aux arômes de café torréfié. Deux mélanges dont les sacs de 500 grammes sont vendus au bénéfice de la Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB et de la Fondation canadienne du rein à raison de 2 $ par sac vendu.

C’est Stéphane Duclos, propriétaire du Café du Clocher RDL qui a pignon sur la rue Lafontaine à Rivière-du-Loup qui est derrière l’initiative. Ce dernier a souhaité à la fois célébrer la mémoire de son père Alphonse Duclos et celle de Marcel Caron tout en aidant différents organismes.

«J’avais déjà l’idée de faire un mélange à café pour mon père qui est décédé d’insuffisance rénale. Je voulais lui rendre hommage. Puis, avec le décès de Marcel Caron, que je connaissais depuis longtemps, et tout ce qui a suivi comme hommage à ce personnage, je me suis dit, go, je vais faire quelque chose pour Alphonse et pour la Maison Desjardins.»

Ainsi sont nés le «Mélange du Vieux-Buck» et le «Marcel, on te lève notre tasse». «Marcel était tout un personnage, il n’a laissé personne indifférent et les très nombreux témoignages de sympathies à sa mort en témoignent. C’est dans cet esprit-là d’initiative sociétaire que j’ai fonctionné. La Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB, c’est trop important. En tant que propriétaire d’entreprise, c’est comme donner au suivant.»

L’autre homme d’affaires au cœur d’or, c’est Jean-Louis Lévesque du commerce Le Vrac. «Quand Stéphane a communiqué avec moi, j’ai tout de suite dit oui. J’ai eu quatre années de bonheur avec Marcel (qui travaillait à la boutique) et avec l’argent qui va à la Maison Desjardins, un établissement essentiel à notre région, je ne pouvais pas refuser.»

Preuve de son engagement, Jean-Louis Lévesque ne fait aucun profit avec la vente de café. «C’est le seul café que je vends, celui de Marcel, et celui-là il a sa place. Je ne prends rien. C’est pour sa mémoire, et celle de mon père qui est aussi décédé à la Maison Desjardins. On ne doit pas la négliger, les soins sont exceptionnelles, on doit s’impliquer. On a besoin d’elle. C’est un joyau.»

Les deux hommes souhaitaient donc poser un geste pour la Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB et c’est le souvenir de Marcel Caron décédé le 5 janvier dernier, qu’ils ont tous deux bien connu, qui s’imposait. Dans le futur, le mélange «Marcel, on te lève notre tasse» servira aussi à aider d’autres organismes, un peu à l’image des nombreuses et diverses implications de M. Caron.

Les sacs de 500 g que l’on retrouve à la boutique Le Vrac au 226, rue Lafontaine et au Café du Clocher RDL au 419, rue Lafontaine sont vendus au prix de 20 $

source : photo et texte François Drouin, info-dimanche